S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Valoriser le chevreau sur le marché français

réservé aux abonnés

 -
Les surstocks de viande de chevreau congelée sont estimés à 500 tonnes-équivalent carcasse. © S. Champion

Les surstocks de viande congelée constitués pendant la crise sanitaire risquent de peser encore longtemps sur le cours français du chevreau. Les exportations tournant au ralenti, la Confédération paysanne estime que « le chevreau aurait tout à gagner sur le marché français. »

« La perturbation des flux et des débouchés en pleine période pascale a entraîné un surstock important de chevreaux », rappelle la Confédération paysanne, dans un communiqué publié le 24 septembre 2020. Malgré tout, un récent accord a été trouvé pour assurer la collecte et l’abattage des chevreaux jusqu’à la fin de la campagne de 2020-2021.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« La perturbation des flux et des débouchés en pleine période pascale a entraîné un surstock important de chevreaux », rappelle la Confédération paysanne, dans un communiqué publié le 24 septembre 2020. Malgré tout, un récent accord a été trouvé pour assurer la collecte et l’abattage des chevreaux jusqu’à la fin de la campagne de 2020-2021.

> À lire aussi : Conjoncture caprine, le ramassage des chevreaux sera assuré (16/09/2020)

Ce fort déséquilibre entre l’offre et la demande inquiète les acteurs de la filière caprine, d’autant que les exportations vers l’Italie et le Portugal sont « historiquement » basses. « En cumul sur le premier semestre de 2020, les exportations de viande caprine ont chuté de 30 % sur un an, à 1 200 tonnes-équivalent carcasse (tec), chiffre l’Institut de l’élevage (Idele). La baisse des envois de 520 tec correspond aux surstocks annoncés par la filière. »

Encourager la demande

Cette situation « illustre une nouvelle fois les limites du système actuel, lance la Confédération paysanne. Là où la France importe près de la moitié de sa consommation d’agneaux, le chevreau aurait toute sa place à gagner sur le marché français. »

Le syndicat demande donc l’arrêt des importations de chevreaux, plus de transparence sur les données import-export et souhaite « encourager la demande française afin de valoriser une filière du chevreau de qualité, dans une démarche de souveraineté alimentaire et de réduction d’empreinte carbone. » Avec à la clé, une meilleure valorisation pour les producteurs français.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER