S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le texte sur le suicide des agriculteurs est renvoyé en commission

réservé aux abonnés

 -
Le texte de loi sur le suicide des agriculteurs fera bien l’objet d’une discussion dans l’Hémicycle le 12 décembre 2019. © Sénat

La proposition de loi visant à enrayer le phénomène du suicide chez les agriculteurs sera bien débattue le 12 décembre 2019 au Sénat, mais ne devrait pas être soumise à un vote.

Les sénateurs demandent à approfondir leur réflexion sur le suicide des agriculteurs. C’est la raison pour laquelle la commission des affaires économiques au sénat n’a pas adopté, le 4 décembre 2019, la proposition de loi déposée en septembre, par Henri Cabanel, sénateur de l’Hérault (RDSE).
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les sénateurs demandent à approfondir leur réflexion sur le suicide des agriculteurs. C’est la raison pour laquelle la commission des affaires économiques au sénat n’a pas adopté, le 4 décembre 2019, la proposition de loi déposée en septembre, par Henri Cabanel, sénateur de l’Hérault (RDSE).

Un débat sans vote

En revanche, le texte de loi fera l’objet d’une discussion dans l’Hémicycle par les sénateurs le 12 décembre 2019, aux alentours de 16 heures, puis devrait être renvoyé en commission. La motion devrait être présentée en ouverture de séance par Françoise Férat (groupe union centriste), rapporteuse de la proposition de loi. Henri Cabanel le défend depuis le départ : « Je sais ma proposition de loi perfectible. Mon but était qu’un débat ait lieu. »

Son texte prévoit d’améliorer le système de détection des agriculteurs en situation de fragilité, et propose, pour ce faire, d’obliger tout établissement bancaire ou financier à repérer — sans porter atteinte au secret professionnel qui lui incombe — les difficultés financières d’un client chef d’exploitation agricole ou salarié agricole et à l’orienter vers un accompagnement social et psychologique.

Des banques réticentes

Les banques dont le sénateur a rencontré les représentants se sont montrées réticentes à la proposition. « Les causes qui entourent les suicides en agriculture sont nombreuses en effet. Un travail de mobilisation et d’articulation entre les différents acteurs est à mener. »

Ces travaux parlementaires pourraient découler sur un rapport d’information.

Voir aussi : « Augustin, tu ne t’es pas suicidé, tu as été tué » (30/10/2019)

Le cinéma en éclaireur

Les sénateurs ont pu par ailleurs assister le 4 décembre 2019, au visionnage du film « Au nom de la terre », en présence du réalisateur Édouard Bergeon, de l’acteur Guillaume Canet et du producteur Christophe Rossignon. Le trio a rappelé sa détermination à porter le sujet et annoncé la diffusion prochaine du film devant les parlementaires européens, à Bruxelles.

Voir aussi : Suicide des agriculteurs, « même avec une famille, on peut se sentir seul » (13/08/2019)

Rosanne Aries
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER