S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un budget « quasi stable » pour l’agriculture, en hausse pour l’écologie

réservé aux abonnés

 -
Le projet de loi de finances pour 2021 prévoit que 31 % du budget agricole soit destiné à l’enseignement. © Cédric Faimali/GFA

Le projet de loi de finances pour 2021 a été présenté en Conseil des ministres ce 28 septembre 2020. Le volet agricole et agroalimentaire est doté d’un budget de 4,8 milliards d’euros et complète les crédits issus du plan de relance destiné au secteur. Trois priorités sont annoncées : le soutien à l’agriculture et à l’agroécologie, la prévention face aux risques sanitaires, la formation des jeunes et l’innovation.

C’est dans un contexte particulier, alors que la crise sanitaire et ses conséquences restent incertaines que le projet de loi de finances pour 2021 a été présenté en conseil des ministres ce 28 septembre 2020. Le gouvernement propose une enveloppe « quasi stable » de 4,8 milliards d’euros pour le ministère de l’Agriculture.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

C’est dans un contexte particulier, alors que la crise sanitaire et ses conséquences restent incertaines que le projet de loi de finances pour 2021 a été présenté en conseil des ministres ce 28 septembre 2020. Le gouvernement propose une enveloppe « quasi stable » de 4,8 milliards d’euros pour le ministère de l’Agriculture.

Compétitivité et durabilité

36 % du budget proposé (1,74 milliard d’euros) est destiné à la compétitivité et à la durabilité de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de la forêt, de la pêche et de l’aquaculture. Est notamment inclus le financement de l’ICHN à hauteur de 277 millions d’euros qui complétera les crédits européens (Feader).

Les moyens alloués aux MAEC et à la conversion à l’agriculture biologique, s’élèvent à 123 millions d’euros en autorisation de paiement et à 116 millions d’euros en crédit de paiement. Du côté de l’installation, l’enveloppe globale cofinancée par l’Union européenne et la France atteindrait 185 millions d’euros.

Annoncé par le gouvernement il y a quelques semaines, le maintien du dispositif d’exonération de charges patronales pour l’emploi de saisonniers (TO-DE) est confirmé dans le projet de loi de finances pour 2021. « 127 millions d’euros seront consacrés au dispositif en 2021. »

Le ministère de l’Agriculture a par ailleurs précisé que le dispositif serait prolongé jusqu’à la fin de 2022. 1,23 milliard d’euros sont par ailleurs prévus pour « maintenir un niveau élevé de soutien aux exploitations et filières, ainsi qu’aux organismes partenaires de la sphère agricole ».

Enseignement agricole et communication

Une part importante du budget agricole pour 2021 (31 %) proposé est destinée à l’enseignement agricole, atteignant 1,8 milliard d’euros. Le gouvernement souhaite mettre l’accent sur la communication afin d’attirer de nouveaux profils. Les crédits alloués aux bourses d’études et autres aides sociales destinés aux étudiants sont augmentés de 6 millions d’euros.

Des moyens supplémentaires (+2,6 millions) seront fléchés vers l’enseignement technique agricole pour l’accueil d’élèves en situation de handicap. L’enseignement supérieur verra ses moyens augmenter de 3,8 millions en 2021.

À lire aussi : Enseignement agricole, le coup de pub du ministère rate sa cible (10/09/2020)

600 millions d’euros pour la sécurité sanitaire

Des moyens supplémentaires sont aussi prévus dans les domaines de la sécurité sanitaire des aliments, de la santé et de la protection animales et de la santé des végétaux. « Les contrôles sanitaires tout au long de la chaîne alimentaire et la surveillance des dangers sanitaires constituent une priorité », selon le ministère.

Enfin, le projet de loi de finances pour 2021 anticipe une possible sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation préserve la capacité en 2021 de recruter spécifiquement 320 agents pour rétablir les éventuels contrôles sanitaires aux frontières.

À lire aussi : Brexit, une sortie sans accord devient plus que probable (24/09/2020)

Bertille Quantinet
1,3 milliard de plus pour le ministère de la Transition écologique
Le projet de loi de finances pour 2021 prévoit 15,4 milliards d’euros destinés à la transition écologique pour l’eau, la biodiversité, la prévention des risques climatiques et les énergies renouvelables. © A. Cassigneul/GFA

Le ministère de la Transition écologique se dote d’un budget de 48,6 milliards d’euros (hors plan de relance), soit 1,3 milliard de plus que l’an passé. 15,4 milliards d’euros seront consacrés à la transition écologique pour l’eau, la biodiversité, la prévention des risques climatiques, mais surtout les énergies renouvelables. Pour celles-ci, le projet de loi de finances pour 2021 prévoit une hausse de 25 % du budget, en soutenant notamment l’injection de biométhane et le photovoltaïque.

À ce budget s’ajoutent les 30 milliards d’euros du plan de relance consacrés à la décarbonation, parmi lesquels 1,2 milliard a été alloué à la transition agricole. Le ministère prévoit dans les jours à venir une analyse environnementale complète du budget de l’État pour définir les dépenses en faveur ou non de l’environnement.

Alessandra Gambarini
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER