S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un prix « insuffisant » face à la hausse des charges

réservé aux abonnés

 -
La Fédération nationale des éleveurs de chèvres fustige un prix du lait insuffisant pour faire face à la hausse des coûts de production, notamment liée aux sécheresses des deux dernières années. © Alexandra Courty/GFA

Pour la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec), « transformateurs et distributeurs doivent intégrer la hausse des coûts de production dans les négociations commerciales ».

« Seul un prix de 790 €/1 000 litres permet une rémunération du travail juste et une prise en compte du surcoût de production des deux dernières années », soutient la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec), dans un communiqué publié le 16 janvier 2020.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Seul un prix de 790 €/1 000 litres permet une rémunération du travail juste et une prise en compte du surcoût de production des deux dernières années », soutient la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec), dans un communiqué publié le 16 janvier 2020.

Le syndicat pointe notamment les « deux sécheresses consécutives auxquelles les éleveurs ont dû faire face sans être accompagnées de hausses de prix ». La Fnec rapporte notamment une hausse de 3,7 % de l’Ipampa (1) lait de chèvre sur les douze derniers mois, « diminuant la marge nette des exploitations caprines ».

Le marché intérieur comme principal débouché

Pour la Fnec, l’absence de revalorisation du prix du lait de chèvres lors des négociations commerciales de 2019 a engendré « une stagnation des volumes », avançant une sensible hausse de la collecte de 0,2 % en novembre 2019, par rapport à 2018.

Alors que le marché intérieur reste le principal débouché des fromages de chèvre, « il est impératif d’enclencher une dynamique positive pour permettre de reconquérir les volumes et de donner des perspectives durables aux producteurs », insiste le syndicat. Il enjoint les distributeurs à revaloriser « sans tarder » le prix du lait de chèvre. « La filière caprine ne peut pas être oubliée une deuxième fois des États-généraux de l’alimentation. »

V. Guyot

(1) Ipampa : indice des prix d’achat des moyens de production agricole.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER