S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les exportations européennes de poudre maigre tirent la cotation

 -

Produits industriels. Les exportations de poudre 0 % de l’UE vers pays tiers vont atteindre un record. La cotation du beurre est toujours sous l’emprise des stocks importants.

La cotation de la poudre continue de progresser de manière assez vigoureuse. Elle a augmenté de plus de 300 euros/tonne depuis le début du mois de septembre, et dépasse de 830 €/t la cotation de 2018 à pareille époque. Les acheteurs ont bien pris en compte qu’il y aurait très peu de stocks en fin d’année. Les exportations européennes continuent à un rythme élevé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
42%

Vous avez parcouru 42% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La cotation de la poudre continue de progresser de manière assez vigoureuse. Elle a augmenté de plus de 300 euros/tonne depuis le début du mois de septembre, et dépasse de 830 €/t la cotation de 2018 à pareille époque. Les acheteurs ont bien pris en compte qu’il y aurait très peu de stocks en fin d’année. Les exportations européennes continuent à un rythme élevé, tiré par les achats de la Chine mais aussi de tous les pays émergents. Ce volume d’exportation de poudre maigre approchera le million de tonnes cette année. Il y a quatre ou cinq ans, il ne dépassait pas 400 000 tonnes. Aucune crainte d’une bulle spéculative avec la constitution de stocks anormaux. Cette demande mondiale est considérée comme solide. Les prix devraient donc continuer leur progression, et peut-être atteindre les 2 700 €/t début 2020.

À l’inverse, la cotation du beurre est remarquablement stable depuis le mois d’août, autour de 3 600 €/t. C’est 900 €/t de moins qu’à l’automne 2018. Ce sont toujours les stocks européens, évalués à un niveau très élevé, qui pèsent sur le prix. Avec une collecte européenne en progression faible (+ 0,7 %), on ne voit pas d’autre évolution d’ici la fin de l’année.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER