S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La poudre 0 % poursuit sa progression mais le beurre ne décolle pas

 - -->

Produits industriels. La demande mondiale soutient la cotation de la protéine, celle du beurre est freinée par les stocks et des fabrications en hausse, même si la consommation revient.

La cotation de la poudre 0 % a connu un net rebond, gagnant plus de 200 €/t en un mois, soit 800 € au-dessus de son prix de l’an dernier. La demande mondiale reste toujours forte, et l’UE exporte des quantités records. Cette demande est tirée par la Chine, dont les achats ont progressé de 30 % sur les huit premiers mois. Les stocks européens sont revenus à un niveau normal et la collecte dans l’UE, même...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La cotation de la poudre 0 % a connu un net rebond, gagnant plus de 200 €/t en un mois, soit 800 € au-dessus de son prix de l’an dernier. La demande mondiale reste toujours forte, et l’UE exporte des quantités records. Cette demande est tirée par la Chine, dont les achats ont progressé de 30 % sur les huit premiers mois. Les stocks européens sont revenus à un niveau normal et la collecte dans l’UE, même si elle repart à la hausse, ne déstabilisera pas le marché. La tendance à la hausse devrait donc se poursuivre si les importateurs maintiennent leur niveau d’achat. La cotation du beurre est toujours stabilisée à 3550 €/t (1 250 € en dessous de son niveau de 2018). Les stocks importants continuent de peser sur les prix mais la consommation, qui s’était fortement ralentie quand le prix avait flambé (en 2017 et 2018), se redresse. Les fabrications européennes sont aussi en progression en 2019, les transformateurs privilégiant le couple beurre-poudre à la poudre grasse, dont la compétitivité est limitée sur le marché mondial. Cela conduit à l’équilibre que nous connaissons aujourd’hui. Il pourrait être rompu dès l’année prochaine, car deux menaces se profilent : d’une part un Brexit dur, avec des tarifs douaniers sur le beurre et le cheddar, d’autre part une hausse de 25 % des droits de douane aux États-Unis pour certains produits laitiers (beurre irlandais, fromages italiens…).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER