S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les acheteurs ne se bousculent pas

réservé aux abonnés

 -

Dans un contexte de consommation toujours incertain, la demande est là mais timide.

Après un mois d’encéphalogramme plat, la demande avait un peu rebondi sur la semaine 26. Elle n’est pas retombée semaine 27, mais ce n’est toujours pas l’euphorie. Dans un contexte où la collecte continue de baisser les cotations grapillent 10 €. Le lait Spot s’échange désormais sur la base de 280 €/1 000 1 départ quai usine dans l’Ouest. Il est à 290 € ailleurs (retrouvez...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Après un mois d’encéphalogramme plat, la demande avait un peu rebondi sur la semaine 26. Elle n’est pas retombée semaine 27, mais ce n’est toujours pas l’euphorie. Dans un contexte où la collecte continue de baisser les cotations grapillent 10 €. Le lait Spot s’échange désormais sur la base de 280 €/1 000 1 départ quai usine dans l’Ouest. Il est à 290 € ailleurs (retrouvez nos cotations sur www.prosdulait.fr).

Les stocks pèsent sur les commandes

Si les acheteurs se montrent toujours très prudents, c’est qu’ils ont des stocks de produits finis comme les GMS ont elles-mêmes un peu de mal à vendre ce qu’elles avaient commandé. Voyez-y l’effet d’un déconfinement qui a bien vu une reprise de la consommation, mais pas vraiment à la hauteur des espoirs. Il y a pour certains consommateurs la crainte du lendemain avec la crise économique devant nous. Il y a, pour d’autres, des dépenses que l’on modère pour gonfler le budget vacances. Il peut y avoir aussi de nouvelles habitudes de consommation qui perdurent, le Covid nous ayant habitués à nous passer du superflu.

L’Italie toujours peu active

Le phénomène n’est d’ailleurs pas limité à la France. Toute l’Europe est touchée. Ce qui explique que la demande de lait Spot made in France soit un peu en stand-by. Cela vaut notamment pour l’Italie qui traditionnellement anime le marché du lait entier. Des industriels pensant que le déconfinement allait rebooster la consommation ont beaucoup produit de l’autre côté des Alpes. Ils ont aujourd’hui leurs fabrications en partie sur les bras.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER