S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des acheteurs très timides

réservé aux abonnés

 -
Le prix des autres régions à retrouver sur www.prosdulait.fr

À défaut d’une demande au rendez-vous, le marché ne redécolle pas.

L’hypothèse de jours fériés expliquant le retournement de tendance de la semaine 23 peut être définitivement écartée. Le prix du lait Spot y avait subitement rebaissé, après quatre semaines de hausse. Alors que la collecte nationale qui a nettement ralenti (-2 % et -1,6 % semaines 20 et 21 par rapport à 2019) est sur la pente descendante, c’est bien l’absence de demande hexagonale qui explique ce marché...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’hypothèse de jours fériés expliquant le retournement de tendance de la semaine 23 peut être définitivement écartée. Le prix du lait Spot y avait subitement rebaissé, après quatre semaines de hausse. Alors que la collecte nationale qui a nettement ralenti (-2 % et -1,6 % semaines 20 et 21 par rapport à 2019) est sur la pente descendante, c’est bien l’absence de demande hexagonale qui explique ce marché très calme. Résultat pour la semaine 24, les cours de la cotation Spot y ont été reconduits à 240 €/1 000 1 départ quai usine dans l’Ouest (www.prosdulait.fr).

L’incertitude du lendemain pèse

D’ordinaire, à cette période, les laiteries sont demandeuses de lait Spot pour compléter leurs fabrications en prévision des vacances d’été. Ce n’est pas le cas cette année, tant les incertitudes sont grandes sur la venue de touristes étrangers en France. Il est quasi sûr que les touristes hors UE ne seront pas au rendez-vous. Quant aux vagues de touristes allemands et néerlandais, freinées par la crainte du Covid, il y a fort à parier qu’elles ne seront que des vaguelettes… Dans le meilleur des cas. Délicat, dans ces conditions, pour les laiteries, de fabriquer des produits qui pourraient leur rester sur les bras. D’où leur timidité à acheter du lait supplémentaire à leur propre collecte.

Si les Italiens de retour depuis la semaine 23 sont toujours là, ils sont moins acheteurs sur le marché Spot de lait liquide entier, mais plutôt de crème et de lait écrémé. L’Allemagne où la collecte est en baisse mais encore en hausse par rapport à 2019 (+0,4 % semaine 20, +1,1 % semaine 21) les approvisionne aussi.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER