S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un retournement de tendance qui interroge

réservé aux abonnés

 -
jm.vocoret

Malgré la faiblesse de la collecte, la cotation reperd 10 €.

Avec une collecte en retrait, les courtiers s’attendaient à ce que le prix du lait sur le marché Spot continue de monter. Ce qu’il avait fait quatre fois de suite de la semaine 19 à 22, après avoir dégringolé sous les 200 €. Il était ainsi revenu à 250 €/1 000 1 dans l’Ouest fin mai sous l’effet du retour des acheteurs français puis, la semaine dernière, des Italiens (www.prosdulait...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Avec une collecte en retrait, les courtiers s’attendaient à ce que le prix du lait sur le marché Spot continue de monter. Ce qu’il avait fait quatre fois de suite de la semaine 19 à 22, après avoir dégringolé sous les 200 €. Il était ainsi revenu à 250 €/1 000 1 dans l’Ouest fin mai sous l’effet du retour des acheteurs français puis, la semaine dernière, des Italiens (www.prosdulait.fr). La première semaine de juin, la 23, casse cette remontada. La faute à une demande revenue subitement quasi à zéro, avec, à la clef, des courtiers bien embarrassés pour placer des citernes vendredi 29 mai pour la semaine suivante. Résultat : le prix du lait Spot reperd 10 € à 240 €/1 000 1 départ quai usine dans l’Ouest.

Les jours fériés n’expliquent pas tout

« La semaine 24 confirmera ou infirmera mon intuition, mais j’ai du mal à croire que le lundi de Pentecôte férié en France, et le mardi férié en Italie, soient l’explication de ce marché déprimé, catastrophique. En juin, le marché devrait normalement tirer à la hausse avec la collecte qui baisse et des industriels qui se préparent à des fabrications pour répondre à la demande de la période estivale des vacances », explique ce courtier. Il y a donc peut-être derrière ce rebond de situation, un vrai problème structurel devant nous, redoute-t-il pour les prochaines semaines. Celui de la crise économique que va engendrer l’impact du Covid-19. On commence à en voir les prémices avec la hausse du chômage et les annonces de fermetures d’usines ou de faillites d’entreprises.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER