S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La peur du pic

réservé aux abonnés

 -
Le Cniel a demandé fin mars à la Commission europénne de réduire les volumes à l’échelle européenne. Cédric Faimali

Le pic de collecte doit intervenir sur la deuxième quinzaine d’avril.

Semaine 12, du 16 au 22 mars, les sondages de FranceAgriMer montrent une collecte française toujours dynamique : +1,6% par rapport à 2019, qui rappelons-le, était une année faible. Cependant, dans un contexte de marchés perturbés par la crise sanitaire, la filière s’inquiète de cette approche du pic de collecte, qui doit intervenir sur la deuxième quinzaine d’avril. Et les acteurs français parlent d’une seule...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Semaine 12, du 16 au 22 mars, les sondages de FranceAgriMer montrent une collecte française toujours dynamique : +1,6% par rapport à 2019, qui rappelons-le, était une année faible. Cependant, dans un contexte de marchés perturbés par la crise sanitaire, la filière s’inquiète de cette approche du pic de collecte, qui doit intervenir sur la deuxième quinzaine d’avril. Et les acteurs français parlent d’une seule voix, ou presque, pour appeler à une modération de la production sur les prochaines semaines. D’où ce fonds de solidarité de 10 milliards, débloqué par le Cniel, pour indemniser les producteurs volontaires à une réduction de 2 à 5 % de leur production d’avril.

Les pays du Nord voudront-ils réduire la voilure ?

La France obtiendra-t-elle l’autorisation de Bruxelles pour cela ? Rappelons que dès le début du confinement, l’interprofession avait aussi demandé à la Commission d’activer au plus vite la réduction de la production à l’échelle européenne, comme l’OCM unique le prévoit et comme cela avait été fait, mais bien trop tard, en 2016. À ce jour, la Commission n’a rien répondu. Mais l’art de cette institution n’a jamais été d’anticiper. On peut craindre aussi que plusieurs entreprises d’Europe du Nord n’aient nulle envie de réduire la voilure aussi brutalement. Les derniers chiffres de la collecte de février chez quelques-uns de nos voisins montraient déjà une ambition à produire : + 4,1% en Irlande, + 2,2% en Pologne, + 1,5% aux Pays-Bas. Changeront-ils de stratégie au mois d’avril, comme les Français s’y préparent ?

Dominique Gremy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER