S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Comment continuer à être conseillé pendant le confinement

réservé aux abonnés

 -
Les rendez-vous entre l’exploitant et son conseiller, lorsqu’ils ne peuvent être réalisés à distance ou reportés, doivent respecter les gestes-barrières communiqués par le gouvernement. © Cédric Faimali/GFA

Alors que toutes les chambres d’agriculture ont fermé leurs portes au public en raison des mesures de confinement, le réseau s’organise pour assurer une continuité de ses services.

En raison des mesures de restriction de déplacements mises en place depuis le 17 mars 2020 à midi, la France vit sous cloche. L’APCA, l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, a fermé ses locaux à Paris le 17 mars 2020. Elle a aussi demandé à son réseau de s’organiser pour répondre aux demandes des agriculteurs. Face à cette situation inédite, La France Agricole vous aide à...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

En raison des mesures de restriction de déplacements mises en place depuis le 17 mars 2020 à midi, la France vit sous cloche. L’APCA, l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, a fermé ses locaux à Paris le 17 mars 2020. Elle a aussi demandé à son réseau de s’organiser pour répondre aux demandes des agriculteurs. Face à cette situation inédite, La France Agricole vous aide à y voir plus clair.

  1. Puis-je me rendre dans les locaux de la chambre d’agriculture ?

    Non, toutes les chambres d’agriculture sont fermées au public. Des mesures de travail à distance des salariés sont mises en place afin d’assurer la continuité des services de façon dématérialisée. Privilégiez le contact par téléphone ou par mail. « Au besoin, l’agriculteur pourra envoyer une photo à son conseiller et celui-ci pourra lui répondre par mail ou par téléphone, explique Jean-François Collin, directeur de la chambre d’agriculture de la Manche. Nous travaillons actuellement sur différents outils et solutions en ce sens. »

  2. Mon rendez-vous pris avant les mesures de confinement est-il maintenu ?

    Oui, s’il peut être réalisé à distance. Un appel au conseiller concerné permettra de vérifier la tenue de cet échange.

  3. Un conseiller peut-il se déplacer sur ma ferme ?

    Les contacts physiques sont à éviter. Lorsque l’échange avec le conseiller ne peut se faire à distance ou que le rendez-vous ne peut être reporté, les consignes de biosécurité et les « gestes-barrières » doivent être respectés, selon une note publiée par l’APCA ce 19 mars 2020. Le gouvernement a eu l’occasion de rappeler quels étaient ces gestes : se laver les mains très régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir, saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades et utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter dans une poubelle immédiatement après usage. Les conseillers pourront se déplacer pour réaliser des relevés sans que la présence de l’agriculteur soit nécessaire.

  4. Je comptais réaliser ma déclaration Pac avec mon conseiller à partir du 1er avril. La date limite du 15 mai est-elle reportée ?

    Pour l’instant, le délai limite pour réaliser sa déclaration Pac sans pénalité reste le 15 mai 2020. La Commission européenne a ouvert la possibilité à tous les États membres de reporter la date limite de dépôt des dossiers Pac au 15 juin 2020. La France ne s’est, pour l’instant, pas prononcée sur cette possibilité. Dans la Manche, « les rendez-vous de déclaration Pac qui ont été pris sont maintenus. Certains exploitants pourront être aidés à distance si le délai de confinement est prolongé [NDLR : les restrictions de déplacement ont été décidées pour 15 jours au minimum à compter du 17 mars]. Nous sommes en train de travailler sur les outils et solutions que l’on pourrait mettre en place, notamment pour ceux situés en zone blanche ».

Alexis Marcotte
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER