S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

AOP mont d’or et comté, même combat

réservé aux abonnés

Le mont d’or du Haut-Doubs (5 513 t vendues en 2018-2019) a acté en assemblée générale son cahier des charges révisé. La plupart de ses nouvelles mesures se calent sur celles de l’AOP comté (plus de 55 000 t vendues). Logique, puisque tous les producteurs de lait à mont d’or le sont aussi de lait à comté. D’ailleurs, certaines mesures ont été pensées au sein de l&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le mont d’or du Haut-Doubs (5 513 t vendues en 2018-2019) a acté en assemblée générale son cahier des charges révisé. La plupart de ses nouvelles mesures se calent sur celles de l’AOP comté (plus de 55 000 t vendues). Logique, puisque tous les producteurs de lait à mont d’or le sont aussi de lait à comté. D’ailleurs, certaines mesures ont été pensées au sein de l’Urfac, qui regroupe les AOP franc-comtoises (1).

Garantir un modèle extensif respectueux de l’environnement

Ainsi, pour garantir une agriculture respectueuse de l’environnement, l’apport total d’azote sera raisonné à la parcelle et limité à 120 unités/ha de surface en herbe/an. Les apports d’azote minéral ne pourront excéder 50 unités/ha/an.

Même contrainte que le comté sur l’épandage des boues de station interdit, sauf celles des stations traitant exclusivement des effluents­ de fromagerie. Une particularité pour l’épandage de fumier ou de lisier, liée à la vigilance sanitaire accrue autour du mont d’or : l’interdiction de pâturer ou de faucher moins de six semaines après un épandage (quatre en comté). Pour la même raison, l’affouragement en vert, limité à 75 jours (à partir du 1er juin), ne pourra excéder 45 jours pendant la période de fabrication du mont d’or (interdiction, de fait, après le 10 octobre). Et même mesures que le comté pour garantir un modèle extensif : au moins 1,3 ha d’herbe/VL, concentrés plafonnés à 1 800 kg/VL, pas plus de 4 600 l de lait/ha de SAU…

Convaincre Bruxelles

Si la validation de ces mesures par l’Inao et l’UE ne devrait pas poser de soucis, il n’en est pas de même pour celles, structurelles, introduites. Le mont d’or veut en effet, comme le comté, limiter la taille des troupeaux à 50 VL pour la première UMO (40 VL pour les suivantes), et celle des exploitations à 1,2 Ml, ou garantir que la majorité des capitaux des fermes appartiennent aux associés exploitants, et non pas à des capitaux extérieurs. Reste à établir, pour ces mesures qui s’opposent de front à la sacro-sainte liberté d’entreprise de l’UE, des bases juridiques… Un vrai défi.

Jean-Michel Vocoret

(1) Union régionale des fromages d’appellation d’origine comtois : comté, morbier, mont d’or et bleu de Gex.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER